logo-mini
Tanjazz

Tanjazz : une 18ème édition riche en découvertes

Partager

Levée de rideau hier jeudi 14 septembre sur la 18ème édition du Tanjazz. Une 1ère soirée pour le moins riche. Le bal a été ouvert par Michaela Rabitsch sur la scène BMCI Palais. En compagnie de son compositeur et de son guitariste, l’artiste autrichienne a présenté son quatrième album intitulé « Voyageurs » devant un public conquis. Un album inspiré des innombrables voyages de la troupe dans les quatre coins du monde.

Plus tard dans la soirée, dans un Tanjazz club bondé de spectateurs en liesse, l’artiste espagnole La Negra a, comme à son habitude, offert à l’assistance un spectacle impressionnant ! La puissance du chant traditionnel flamenco a été mêlée aux rythmes jazzy, africain et latin… et cela n’était pas pour déplaire aux festivaliers.

En effet, après plus de 90 minutes sur scène, l’artiste espagnole a quitté la salle sous un tonnerre d’applaudissements. L’art de rue a aussi sa place dans le festival. Il a été représenté par la Fanfare Tahar Tag’L, venue tout droit de Marseille. À la bonne humeur typiquement locale et joyeusement éclectique, la troupe a investi le Bistro des artistes. Le public a alors claqué des doigts, dansé et swingué !

Un autre artiste fera certainement swinguer Tanger, c’est l’incontournable David Costa Coelho qui promet de répandre son énergie ce vendredi à partir de 22h30. « Le public sera renvoyé aux plus belles heures du jazz » a confié l’artiste dans une déclaration à Luxe Radio. « From Louis to Louis », c’est le thème choisi. David Costa Coelho explique qu’il rendra hommage à 3 Louis, des incontournables du jazz. Il s’agit de Louis Armstrong, le père du jazz en passant par Louis Prima à la légende Louis Jordan.

Morgane Ji figure également parmi les artistes attendus lors de cette 18ème édition.

Belle et fraîche, elle a concocté un mélange de musique électro, rock et jazz bien évidemment, déclare-t-elle à Luxe Radio. La tête d’affiche de cette édition, Samia Tawil se produira également ce soir. Bref, 18 éditions donc 18 ans… autant dire que le Tanjazz a atteint l’âge de la maturité même si ça dénote avec le thème de cette édition : « Les nouvelles voix du jazz ».

En chiffres, le Tanjazz cette année c’est 160 artistes et musiciens et 55 concerts. Bref, le ton est donné et la fête se poursuivra jusqu’au 17 septembre, même si elle a été entachée par une manifestation dénonçant la venue de l’artiste israélienne d’origine marocaine Noam Vazana. La chanteuse qui a, pourtant, expliqué sur son site officiel que ce concert vise à « construire des ponts » entre musique arabe et juive.


Poster un Commentaire

quatorze − 2 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.