logo-mini
Doing Business

Nouveau classement Doing Business : faut-il vraiment se réjouir ?


Partager

Doing Business

Les invités

• Abderrazak Morchid, membre du Secrétariat du Comité National de l’Environnement des Affaires

• Zakaria Fahim, gérant associé à BDO

• Kamal Tazi, professeur universitaire

• Rachid Achachi, chroniqueur Luxe Radio

Édito

Encore un classement pour le Maroc et des réactions ; nous en débattons cet après-midi. La 15ème édition du rapport Doing Business de la Banque Mondiale sur le climat des affaires pour l’année 2018. Le Maroc y est classé 69ème sur 190 au niveau international, 3ème dans la région MENA et 1er en Afrique du Nord devant la Tunisie, l’Egypte et l’Algérie.

Plusieurs indicateurs sont pris en compte pour établir ce classement. La facilité pour les investisseurs de créer des entreprises, les procédures juridique et administratives plus ou moins simples ou compliquées, les délais de paiement, le paiement des impôts, le commerce transfrontalier ou encore l’octroi de permis de construire et bien d’autres indicateurs.

Des bonnes performances, en tous cas meilleures que les années précédentes à certains niveaux, nous y revenons, mais quelques défaillances. Le Maroc reste, en effet, mauvais élève au niveau de plusieurs indicateurs comme le règlement de l’insolvabilité, l’obtention de prêts ou encore la protection des investisseurs minoritaires, et bien d’autres ; nous y revenons également.

Malgré cela, le classement pris pour ce qu’il est en cela qu’il fait état d’une avancée de quelques places par rapport aux années précédentes, a été plutôt bien accueilli ici au Maroc.

Le Chef du gouvernement n’a pas tardé à manifester sa joie et sa satisfaction  expliquant que la progression du Maroc dans le classement est « normale » du fait, dit-il, des efforts consentis par le Maroc en ce sens depuis plusieurs années. Nous ferons le point dans un instant avec nos invités sur ce qui a, concrètement, été entrepris pour améliorer le climat des affaires au Maroc.

Mais si les conclusions du rapport Doing Business de la Banque Mondiale est autant pris au sérieux, c’est qu’on estime qu’il compte, quand il s’agit pour les investisseurs étrangers et autres multinationales de choisir de s’installer dans un pays ou un autre. Mais qu’en est-il réellement ? Que nous apporte ou que nous enlève un bon ou un mauvais classement Doing Business ? Nous en débattons tout de suite avec nos invités dans Avec Ou Sans Parure.


Poster un Commentaire

quatre × cinq =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.