logo-mini
Derniers Articles de l’Auteur
  All posts by Driss Jaydane
Humiliation

En finir avec le Principe d’Humiliation

Pourquoi punit-on ?

Ouvrir
intellectuels

Sur le rôle des intellectuels

Les intellectuels. Drôle d’invention, vous en conviendrez…

Ouvrir
Civilisation

La Civilisation ma mère…

Le Passé simple. Ce Livre du Seigneur dont son auteur, disparu depuis dix, disait l’avoir écrit par accident. Pour raisons d’argent. Alimentaire, donc, ce roman ? Non, bien sûr. Dévoration, plutôt. Désir ardent de briller avant même le soleil, comme c’est le cas de ces livres qui sont des naissances à l’aube. D’autres, des crépuscules… […]

Ouvrir
africains

Il est beau le jour où l’on rentre chez soi

Il est des mots qui changent l’Histoire.

Ouvrir
Justice

« Si tu veux la paix, œuvre pour la Justice »…

C’est ainsi que parlait, en son temps, la sagesse antique. Et l’on sait que si les savoirs vieillissent, tombent en désuétude, ou subissent le régime implacable de l’obsolescence, au mieux, de la moquerie, la Sagesse, simple, pure et lucide, traverse les âges.

Ouvrir
Niqab

Pourquoi il fallait interdire le Niqab.

Il est question ici d’un objet. D’un objet qui se porte. D’un objet qui se voudrait un vêtement. Un habit féminin. Mais qui, à proprement parler, n’en est pas un. Certes, cela ressemble à une robe, mais de tout cacher du corps de celle qui s’en vêtit, ou voudrait s’en vêtir, cet objet n’a pas, […]

Ouvrir
infamie

Une Loi contre l’infamie virtuelle

Depuis quelques jours, sur Facebook, ce sont bien des propos honteux qui ont circulé, sur les jeunes marocaines victimes de l’attentat d’Istanbul.

Ouvrir
Peuple

Le Peuple, l’Homme de l’année

Il aura été sur toutes les lèvres…

Ouvrir
Égypte

Une saison qui brûlera comme la vérité

Il y a seulement quelques années, pas plus de cinq, au fond… Le printemps arabe, cette saison qui soit, est loin derrière nous, soit, qui n’a pas encore commencé, ce moment, réel ou imaginé, était sur toutes les bouches… Il était de tous les débats, il habitait les esprits, les espoirs, vivait indifféremment partout, dans […]

Ouvrir
nom

Rendre à l’autre son nom

Il n’est pas de violence qui ne soit précédée par un nom qui nie, qui exclu, qui tue ; un nom qui porte en lui les moyens et les fins de l’enfermement brutal, de la condamnation rationnelle, un nom qui dénie, qui dise non à l’Autre, en son infini.

Ouvrir