logo-mini
santé

Actualité sciences et santé du 13 septembre 2017


Partager

santé

Les sérums antiscorpioniques ne sont pas efficaces

Des experts se sont réunis, il y a quelques jours, pour évaluer le protocole du remède actuel, contre les piqûres de scorpions. Ils ont mis en avant l’inefficacité des sérums antiscorpioniques, dont l’utilisation au Maroc a cessé depuis 18 ans maintenant. Contrairement aux antivenins contre les morsures de serpents qui ont prouvé leur efficacité, il n’y a pas de preuves scientifiques qui prouvaient l’utilité des antiscorpioniques. Pire encore, l’administration de ce type de sérums pourrait provoquer une hypersensibilité et une allergie pouvant entraîner la mort.

En revanche, le protocole de traitement actuel contre les piqûres de scorpions est  efficace. Le taux de mortalité est passé de 2,37% en 1999 à 0.21% l’an dernier. Les experts appellent donc à cesser tout débat qui met en cause le traitement actuel du fléau, mais veut plutôt que les efforts se concentrent sur les moyens pour éviter les piqûres. Et pour ça, la prévention est de mise : éviter donc d’introduire les mains dans des trous, ne pas s’asseoir dans des broussailles ou à proximité de rochers et porter des chaussures et des vêtements de protection.

 

Le monde peine à éliminer la tuberculose et le VIH

Aucun pays sur près des 200 évalués n’est en voie d’atteindre l’objectif des Nations unies d’éliminer la tuberculose en 2030, et bien peu d’empêcher de nouvelles contaminations par le virus du sida, d’après une étude sur la santé mondiale qui est publiée aujourd’hui. Moins de 5% des pays atteindraient à cette date les objectifs de réduction des suicides, des morts sur la route et d’obésité des enfants … et seulement 7% pourraient éliminer les nouvelles infections par le VIH.

Pour la tuberculose, aucun pays n’est en bonne voie d’une éradication des nouvelles infections, d’après cette analyse. En revanche, plus de 60% des pays évalués pourraient atteindre les objectifs de réduction de la mortalité infantile, néonatale et maternelle et d’élimination du paludisme. Dans l’ensemble, il y a une « inégalité considérable » des projections pour 2030 : les pays à revenus élevés atteindraient 38% des buts, et ceux à faibles revenus 3%.

Sur la base des tendances enregistrées, le Kazakhstan, le Timor Oriental, l’Angola, le Nigeria et le Swaziland devraient avoir les plus grandes améliorations globales. Des pays devraient perdre du terrain, compte tenu des tendances à l’obésité des enfants et de l’abus d’alcool, comme le Sri Lanka, le Venezuela, la Serbie et l’Ukraine. Singapour, l’Islande et la Suède sont, eux, les pays les plus performants, tandis que la Somalie, la Centrafrique et l’Afghanistan arrivent derniers du classement.

 

En France. La procréation médicalement assistée bientôt ouverte à toutes les femmes

Le gouvernement français va proposer l’ouverture de la PMA à toutes les femmes au cours de l’année prochaine dans le cadre d’une révision de la loi de bioéthique… c’est ce qu’a assuré Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes. Elle a déclaré qu’il s’agissait « d’une question de justice sociale », rappelant par la même occasion que c’était un engagement de campagne d’Emmanuel Macron.

 

L’ouragan Irma a fait des milliers de sans-abris, rapporte l’OMS

Le violent ouragan Irma a fait des milliers de sans-abris notamment dans l’Est des Caraïbes qui ont besoin d’être pris en charge de toute urgence, c’est ce qu’a indiqué à Genève, hier, l’Organisation mondiale de la santé, qui ajoute qu’il faut en urgence de nouveaux personnels médicaux, pour remplacer ceux qui travaillent déjà sur place 24h/24. Irma a fait au total 40 morts sur son passage aux Caraïbes et en Floride, d’après les autorités locales. Le bilan est de deux morts en Floride. Dans le reste de l’Etat américain, les dégâts estimés entre 20 et 60 milliards de dollars sont toutefois plus limités, que ne le laissait craindre la puissance et la taille de l’ouragan.

Reste encore à craindre des inondations soudaines dans les prochains jours pour les six millions de personnes évacuées, un chiffre d’une ampleur sans précédent aux Etats-Unis.

 

Les ressources océaniques menacées par les méduses-boîtes

Les océans s’acidifient, c’est désormais acquis. Et certaines espèces ne le supportent pas. D’autres, au contraire, s’y épanouissent. Et ce n’est pas une bonne nouvelle. Une équipe américaine vient de découvrir que les méduses boîtes… Elles sont connues pour leurs piqûres parfois mortelles, et elles ont un appétit dopé en milieu acide. Or ces bestioles se nourrissent de minuscules crustacés qui abondent dans le plancton marin et forment une des bases de la chaîne alimentaire marine.

Dans l’expérience conduite dans l’université de l’Utah, les prédateurs soumis au niveau d’acidification prévu en 2100 se révèlent avoir deux fois plus d’appétit. Les causes de ce regain d’appétit restent un mystère, les conséquences pas encore mesurées, mais elles sont potentiellement redoutables.


Poster un Commentaire

neuf − deux =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.